Méga-bassines à Sainte-Soline : solution ou menace pour l’eau et l’agriculture ?

La commune de Sainte-Soline, située dans le département des Deux-Sèvres, est actuellement le théâtre d’un vif débat autour d’un projet de « réserves de substitution » d’eau, plus communément appelé « méga-bassines ». Ce projet a récemment suscité une vive opposition et a été au centre de manifestations et de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les militants anti-bassines. Mais qu’est-ce qu’une méga-bassine et quelles sont les raisons de cette controverse qui divise une partie de la population locale ?

Qu’est-ce qu’une méga-bassine ?

Les méga-bassines sont des retenues d’eau creusées dans le sol à une dizaine de mètres de profondeur, ressemblant à des piscines géantes et généralement implantées au milieu des champs. Ces réserves d’eau sont équipées d’une bâche en plastique au fond et de kilomètres de tuyaux souterrains. Contrairement à une idée reçue, leur fonction n’est pas de stocker l’eau de pluie, mais de pomper les nappes phréatiques afin de garantir l’irrigation suffisante des cultures tout au long de l’année, en particulier en cas de sécheresse. Ces méga-bassines ont une capacité de stockage pouvant atteindre jusqu’à 650 000 mètres cubes d’eau, soit l’équivalent de 260 piscines olympiques.

Les arguments pour et contre

D’un côté, les partisans du projet défendent l’idée d’une réponse à la sécheresse et aux périodes de déficit hydrique grâce à un système assurant des récoltes agricoles toute l’année. Ils soutiennent également qu’il pourrait permettre d’augmenter le débit des cours d’eau en été. Une étude du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) publiée l’année dernière a en effet indiqué que le projet pourrait être bénéfique et permettrait d’augmenter de 5 à 6 % le débit des cours d’eau en été.

De l’autre côté, les opposants au projet dénoncent une privatisation de l’eau au profit d’une agriculture intensive. Ils estiment que les méga-bassines favorisent un modèle agro-industriel dévastateur et inadapté face au changement climatique. Ces réserves d’eau seraient principalement utilisées pour irriguer les cultures les plus consommatrices, telles que le maïs destiné à l’élevage industriel. Selon eux, cela aggraverait la situation en termes de rareté de l’eau en favorisant des pratiques agricoles qui contribuent au réchauffement climatique.

La controverse autour des méga-bassines de Sainte-Soline souligne donc les tensions existantes entre la nécessité de garantir l’approvisionnement en eau pour l’agriculture et la préservation de cette ressource précieuse dans un contexte de changement climatique. Dans la suite de cet article, nous explorerons plus en détail les arguments pour et contre le projet de méga-bassines à Sainte-Soline, ainsi que les alternatives possibles pour faire face à la sécheresse.

Voir plus  Choc et colère : un jardin maraîcher détruit avec violence pour construire l'autoroute A69.

Les arguments pour le projet de méga-bassines

Assurer les récoltes agricoles toute l’année

L’un des principaux arguments avancés par les partisans du projet de méga-bassines à Sainte-Soline est la nécessité d’assurer les récoltes agricoles tout au long de l’année. Dans un contexte de sécheresse de plus en plus fréquente et intense, il devient primordial de garantir un approvisionnement en eau suffisant pour maintenir les cultures en bonne santé. Les méga-bassines permettraient de stocker l’eau disponible pendant les périodes de pluie abondante, généralement en hiver, pour la réutiliser pendant les périodes de sécheresse estivale.

Les agriculteurs locaux soutiennent que ces réserves d’eau sont essentielles pour maintenir leur activité agricole et prévenir les pertes de récoltes. Ils soulignent que l’agriculture est un pilier économique de la région et que sans accès à une irrigation suffisante, de nombreux agriculteurs pourraient être contraints d’abandonner leurs exploitations.

Bénéfices potentiels selon l’étude du BRGM

Une étude réalisée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a été citée par les partisans du projet pour étayer leurs arguments. Selon cette étude, les méga-bassines pourraient permettre d’augmenter de 5 à 6 % le débit des cours d’eau en été, ce qui contribuerait à préserver les écosystèmes aquatiques et à maintenir une certaine biodiversité. De plus, cette augmentation du débit pourrait également avoir un impact positif sur l’activité touristique liée aux activités nautiques, qui dépendent de la disponibilité d’eau en quantité suffisante.

Les arguments contre le projet de méga-bassines

Accaparement de l’eau au profit d’une agriculture intensive

Les opposants au projet de méga-bassines soulignent que cette forme de stockage de l’eau favorise en réalité une agriculture intensive, principalement axée sur des cultures très consommatrices en eau, telles que le maïs destiné à l’élevage industriel. Ils affirment que cela revient à privatiser une ressource vitale pour quelques agriculteurs, au détriment des autres utilisateurs potentiels, comme les particuliers ou les industries. Cette privatisation de l’eau est considérée comme injuste et contraire à l’intérêt général.

Protesters march during a demonstration called by the collective « Bassines non merci », the environmental movement « Les Soulevements de la Terre » and the French trade union ‘Confederation paysanne’ to protest against the construction of a new water reserve for agricultural irrigation, near Sainte-Soline, central-western France, on March 25, 2023. More than 3,000 police officers and gendarmes have been mobilised and 1,500 « activists » are expected to take part in the demonstration, around Sainte-Soline. The new protest against the « bassines », a symbol of tensions over access to water, is taking place under thight surveillance on March 25, 2023 in the Deux-Sevres department. (Photo by Yohan Bonnet / AFP)

Risques pour l’environnement et la biodiversité

Un autre argument soulevé par les opposants concerne les risques pour l’environnement et la biodiversité. Les méga-bassines peuvent avoir des conséquences néfastes sur les écosystèmes locaux, notamment en entraînant des modifications de la qualité de l’eau et en affectant la faune et la flore aquatiques. De plus, ces réserves d’eau peuvent entraver le cycle naturel de l’eau et perturber les écoulements des cours d’eau, ce qui peut avoir un impact sur les écosystèmes riverains.

Les détracteurs du projet s’inquiètent également des effets du changement climatique, qui n’ont pas été suffisamment pris en compte dans l’étude du BRGM. Ils soulignent que les modèles actuels de stockage de l’eau pourraient ne pas être adaptés aux défis futurs posés par l’évolution du climat, tels que des périodes de sécheresse plus fréquentes et plus intenses.

Voir plus  Patchili, chef Kanak : résistance historique et héritage culturel

Les limites de l’étude du BRGM et les critiques des opposants

L’étude réalisée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a été au cœur de la justification du projet de méga-bassines à Sainte-Soline. Cependant, les opposants au projet soulèvent des critiques quant aux limites de cette étude et mettent en avant des éléments qui remettent en question les bénéfices avancés.

L’un des principaux points soulevés par les opposants concerne la prise en compte insuffisante des effets du réchauffement climatique dans l’étude du BRGM. Les modèles utilisés dans cette étude se basent sur la période 2000-2011, ce qui ne permet pas de tenir compte des évolutions climatiques récentes et des prévisions concernant les sécheresses hivernales de plus en plus fréquentes. Les opposants estiment ainsi que les méga-bassines pourraient être confrontées à des niveaux de nappe inférieurs aux seuils réglementaires et que leur fonctionnement pourrait être compromis certaines années.

De plus, les détracteurs du projet remettent en question l’objectif même des méga-bassines, arguant qu’elles privilégient une agriculture intensive et non durable. Les réserves d’eau stockée seraient majoritairement utilisées pour irriguer des cultures à forte consommation d’eau, comme le maïs destiné à l’élevage industriel. Cette pratique est pointée du doigt comme étant en partie responsable du changement climatique et en contradiction avec la transition vers des modèles agricoles plus respectueux de l’environnement.

Les opposants soulignent également que le projet de méga-bassines favorise une privatisation de l’eau par une minorité d’agriculteurs. Ils considèrent que l’eau est un bien commun et qu’elle devrait être gérée de manière équitable et durable, en prenant en compte les besoins de tous les acteurs, qu’ils soient agriculteurs, particuliers ou industriels. Cette concentration de l’accès à l’eau entre les mains d’une minorité est perçue comme injuste et risque d’aggraver les inégalités.

Les alternatives aux méga-bassines

Face aux controverses et aux limites soulevées par les méga-bassines, diverses alternatives sont envisagées pour faire face à la sécheresse de manière plus durable et respectueuse de l’environnement. Voici quelques solutions qui pourraient être explorées :

Techniques d’irrigation plus responsables

Une des alternatives aux méga-bassines est le développement de techniques d’irrigation plus efficaces et respectueuses de l’environnement. Des méthodes telles que l’irrigation goutte à goutte, l’irrigation localisée ou encore l’irrigation de précision permettent d’apporter l’eau directement aux racines des plantes, limitant ainsi les pertes en eau par évaporation. Ces techniques permettent également de mieux contrôler la quantité d’eau apportée, en adaptant les besoins des cultures au fil des saisons.

Voir plus  Greenpeace contre les influenceurs voyage

Recours à d’autres sources d’eau

Au-delà des méga-bassines, il est important d’explorer d’autres sources d’eau pour répondre aux besoins en période de sécheresse. La récupération des eaux pluviales, par exemple, peut être une solution intéressante pour reconstituer les réserves d’eau. La mise en place de systèmes de récupération et de stockage des eaux pluviales permettrait de récupérer une partie de l’eau qui tombe pendant les précipitations et de l’utiliser ultérieurement pour l’irrigation.

Une autre piste à explorer est le retraitement des eaux usées. Les eaux traitées peuvent être utilisées pour l’irrigation agricole après un processus de purification adéquat. Ce type de pratique, appelé réutilisation des eaux usées traitées, permet de valoriser une ressource précieuse tout en contribuant à la réduction de la pollution environnementale.

Encourager les pratiques agricoles durables

Plutôt que de se concentrer uniquement sur les techniques d’irrigation, il est essentiel de promouvoir des pratiques agricoles durables qui préservent l’eau et les sols. Cela peut passer par l’adoption de cultures moins consommatrices en eau, la diversification des cultures, la mise en place de rotations culturales ou encore l’amélioration de la gestion de l’eau à l’échelle de l’exploitation agricole. Une agriculture plus respectueuse de l’environnement permettrait de réduire le besoin en irrigation et de préserver les ressources hydriques.

En conclusion, les méga-bassines ne sont pas la seule réponse à la sécheresse. Il est important d’explorer des alternatives durables, telles que les techniques d’irrigation plus responsables, l’utilisation des eaux pluviales ou encore le développement de pratiques agricoles durables. Un équilibre entre la préservation de l’eau, la préservation de l’environnement et la satisfaction des besoins agricoles est essentiel pour une gestion durable des ressources hydriques. Dans la suite de cet article, nous aborderons les points clés à retenir et les perspectives futures liées à la problématique des méga-bassines à Sainte-Soline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *