Comment entretenir une pompe de relevage ?

Comment entretenir une pompe de relevage ?

9 August 2021 Non classé 0

Comme pour la plupart des choses qui fonctionnent bien, les pompes de relevage sont quelque chose que vous ne considérez jamais jusqu’à ce qu’elles ne fonctionnent pas correctement. Ces dispositifs sont une partie essentielle de l’ensemble des systèmes d’évacuation des eaux usées et de drainage qui permettent à la plomberie et aux systèmes d’évacuation des eaux usées de fonctionner 24 heures sur 24, il est donc difficile d’imaginer la vie sans eux…. même pour quelques heures ! C’est pour cela que pompe-a-eau.info vous propose son guide : Comment entretenir une pompe de relevage ? Ce guide est destiné à vous fournir une compréhension de base du fonctionnement des stations de relèvement et à vous présenter des suggestions pour l’entretien et la maintenance de routine des stations de relèvement.

Conception

En suivant ces suggestions d’entretien de la pompe de relevage, les chances de connaître une panne catastrophique de la station de relèvement peuvent être considérablement réduites. Pour commencer, une station de relevage comporte deux éléments principaux : le puits humide et les commandes. Le puits humide est un bassin dans lequel le débit entrant est déversé et où se trouvent les pompes. Ce bassin peut être fabriqué en acier, mais il est plus souvent en fibre de verre ou en béton. En général, il y a deux pompes dans le puits humide, chacune avec son propre clapet de retenue et sa propre vanne d’arrêt qui se déverse dans le(s) tuyau(x) d’écoulement. Il peut y avoir des variations à cette conception, y compris une seule pompe ou plusieurs pompes pour aider à éliminer l’eau dans le puits humide. Pour plus d’informations, n’hésitez pas vous renseigner auprès de BATISANTÉ !

Entretien des pompes de relevage : Clapets de retenue

Les clapets anti-retour empêchent le flux d’eau pompé de revenir dans le puits humide lorsque les pompes s’arrêtent et empêchent une pompe de refouler dans l’autre. Une vanne d’arrêt permet d’isoler chaque pompe et les pompes sont généralement placées sur des déconnecteurs montés au sol et dotés de rails de guidage s’étendant sur toute la profondeur de la pompe, ce qui permet de retirer et d’entretenir les pompes individuelles à l’aide d’un câble ou d’une chaîne sans avoir à entrer dans la pompe. En outre, la plupart des pompes sont équipées d’un dispositif de détection de niveau qui peut prendre la forme d’interrupteurs à flotteur mécaniques, d’un transducteur ou des deux.

Entretien des pompes de relevage : Interrupteurs à flotteur

Dans le cas des interrupteurs à flotteur, quatre sont généralement utilisés. Le plus bas est appelé flotteur d’arrêt, le plus haut suivant est le flotteur de tête, puis le flotteur de queue, et enfin le flotteur d’alarme. Le but de ces interrupteurs est qu’en fonctionnement normal, les pompes passent de l’une à l’autre après chaque cycle de pompage. Un alternateur sélectionne la pompe qui sera la “principale”. Cette pompe se met en marche lorsque le niveau d’eau atteint le flotteur principal. L’autre pompe est maintenant appelée la “pompe secondaire” et se met en marche lorsque le niveau d’eau atteint le flotteur secondaire. À ce moment, les deux pompes sont en marche jusqu’à ce que le flotteur d’arrêt soit déclenché. La prochaine fois que le flotteur de tête sera déclenché, l’autre pompe assumera le rôle de “tête”.

Entretien de la pompe de relevage : Contrôles

C’est un moyen pour les pompes de se soutenir mutuellement en cas de problème. Un transducteur fonctionne en faisant varier la quantité de tension continue qu’il renvoie au panneau de commande en fonction du niveau d’eau dans le puits humide. Le déclenchement des pompes est le plus souvent assuré par un contrôleur de niveau à transducteur. Le panneau de commande est le cerveau de l’équipement. Il contient les disjoncteurs, le démarreur du moteur, les surcharges, le logiciel du contrôleur de pompe (le cas échéant) et les dispositifs de communication (le cas échéant).

Le panneau de commande peut contenir de la haute tension et des phases, il faut donc prendre les précautions nécessaires pour éviter les blessures. La surcharge se déclenche (entraînant l’arrêt de la pompe) si la pompe consomme trop de courant. Cela peut être causé par un court-circuit, une pompe bloquée, de l’eau dans le moteur, un objet coincé dans la roue, etc. Les flotteurs fonctionnent sur un système basse tension et utilisent soit le contrôleur de pompe, soit un circuit imprimé qui active les pompes.

Réglages automatiques ou manuels

Chaque pompe est également équipée d’un interrupteur manuel-automatique (HOA). La position manuelle (H) fait fonctionner la pompe (en mode manuel) et la position automatique (A) fait fonctionner la pompe en fonction des capteurs de niveau. Si un système monophasé est utilisé, le panneau contient également des condensateurs pour démarrer et faire fonctionner la pompe. En général, le panneau de commande affiche également les capteurs de protection contre les surcharges thermiques et de défaillance des joints de la pompe sous la forme d’un voyant et d’un bouton de réinitialisation. Ceux-ci déclenchent l’arrêt des pompes en cas de déclenchement. Les panneaux contiennent également les compteurs horaires et les protecteurs de phase (le cas échéant).

N’oubliez pas de ne jamais supposer que le courant est coupé avant de l’avoir vérifié à l’aide d’un voltmètre et de ne pas travailler sur le panneau avant de l’avoir fait.

Conseils d’entretien des pompes de relevage

Les pompes, les contrôles électroniques et les ouvrages électriques sont soumis à un stress physique constant, et l’environnement corrosif exige des réparations d’entretien constantes. Il y a cependant un moment où il faut les reconstruire en remplaçant tout l’équipement. En moyenne, cela se produit environ tous les 15 à 25 ans. Pour les pompes de plus grande capacité, il est recommandé de reconstruire au moins une pompe au minimum tous les deux ans. L’exécution d’un entretien de routine et préventif peut éviter au propriétaire de la pompe des factures de réparation coûteuses. Voici quelques suggestions pour réduire les pannes et les problèmes :

Les 10 principales recommandations

  • Assurez-vous toujours que les pompes et l’électronique sont hors tension avant d’entrer en contact avec elles pour garantir votre sécurité totale.
  • Les puits humides doivent être vidés et nettoyés au moins deux fois par an, ou plus souvent si nécessaire, pour éviter l’accumulation de solides et de graisses. L’accumulation de solides peut créer des gaz qui peuvent endommager la pompe, ou couler et se coincer dans l’impulseur.
  • L’inspection des pompes submersibles doit être effectuée tous les trimestres. L’inspection de l’impulseur doit être effectuée tous les trimestres ou lorsque les heures de fonctionnement du moteur ne sont pas conformes aux spécifications. Ces inspections permettent de s’assurer que la roue est exempte de débris ou de tout autre matériau de blocage.
  • L’inspection et le graissage des clapets anti-retour doivent être effectués au moins deux fois par an afin de garantir leur bon fonctionnement et d’empêcher le reflux de la conduite principale vers le puits humide.
  • Le nettoyage et l’inspection des flotteurs quatre fois par an assurent un bon fonctionnement. L’accumulation de graisse empêche les flotteurs de fonctionner correctement.
  • L’inspection des systèmes d’éclairage et d’alarme doit être effectuée chaque semaine. Un système d’alarme en état de marche peut vous alerter immédiatement en cas de problème.
  • L’installation d’un compteur horaire sur chaque moteur permet d’enregistrer avec précision la fréquence des cycles de chaque moteur et, par conséquent, la quantité d’eau pompée dans le système. Il convient de tenir un registre des heures de fonctionnement du moteur, des dates et de l’entretien effectué.
  • Des relevés de courant doivent être effectués au moins une fois par mois sur chaque moteur de pompe. Si les lectures d’ampérage ne sont pas conformes aux spécifications du fabricant, cela indique que des débris sont logés dans l’hélice du moteur ou que de l’eau a pénétré dans le boîtier du moteur ou dans le câblage.
  • Une inspection de tout l’équipement de commande du moteur électrique pour trouver les mauvaises connexions et les pièces usées doit être effectuée deux fois par an.
  • L’inspection et le nettoyage du bassin, des purgeurs et des couvercles doivent être effectués pour éviter toute accumulation. Dans les environnements à forte tendance à la corrosion, toutes les pièces mobiles doivent être actionnées et graissées si nécessaire pour s’assurer que les composants mécaniques ne risquent pas de tomber en panne. De bons registres peuvent aider dans tous les aspects d’une maintenance ; s’il y a une bonne tenue des registres, vous pouvez déterminer instantanément un problème avec le système dans certains cas. Par exemple, une augmentation constante de la consommation d’électricité ou des heures de fonctionnement d’une pompe et non de l’autre. Les enregistrements sont nécessaires pour prouver que le système fonctionne correctement et peuvent aider à déterminer si une maintenance future est nécessaire.

Toute l’équipe de pompe-a-eau.info reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *